more from
Simone Records
We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

Mille Milles

by Mille Milles

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $7 CAD

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Mille Milles via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 14 days
    Purchasable with gift card

      $20 CAD or more 

     

1.
un seul 03:31
On regardait des films, surtout vieux et surtout français, des vieux films français, par exemple ce film où un jeune homme disait qu’il faut manger tiède et mou, manger tiède et mou, il disait quand on mange chaud on goûte le chaud, quand on mange dur on goûte le dur, pour goûter le goût, il faut manger tiède et mou, je crois que c’était la Nouvelle Vague, et plus tard une infirmière pleure sur sa vie sexuelle sur sa vie qui est principalement sexuelle elle pleure sa vie parce qu’elle aimerait qu’on la baise par amour, qu’on la baise par amour, mais elle n’y croit pas, elle n’arrive pas à y croire, et si j’avais pu je l’aurais fait, je l’aurais fait par amour tellement elle le demandait; elle pleurait devant ses amis et elle disait ma tristesse n’est pas un reproche vous savez, et c’est vrai que souvent on confond; ma tristesse n’est pas un reproche vous savez, ou l’autre film avec cette femme, si belle, les pieds dans l’eau, qui n’arrête pas de répéter qu’est-ce que je peux faire, je sais pas quoi faire, elle aime le bleu du ciel et lui, les accidents, et elle s’ennuie avec ses pieds dans l’eau, ou bien elle joue qu’elle s’ennuie on ne sait pas trop, on sait pas si elle se lamente ou si elle chante, c’est entre les deux, qu’est-ce que je peux faire, je sais pas quoi faire, et toujours on regardait des films qui montraient des hommes et des femmes manger baiser pleurer et ne pas savoir quoi faire et dire beaucoup de mots, et je me demandais si au fond la vie ce n’était pas que ça, manger baiser pleurer s’ennuyer et dire des mots, ou alors si la vie c’était faire semblant qu’on est dans un film où on mange on baise on pleure on s’ennuie et on dit des mots, à force de voir des films on fait comme eux, mais ça, manger baiser pleurer s’ennuyer parler c’est la vie des gens, c’est pas la vie toute seule, c’est la vie des gens, principalement sexuelle, mais où est la vie sans les gens, et il disait, dans le film, qu’il ne faudrait plus décrire la vie des gens mais seulement la vie, la vie toute seule; ce qu’il y a entre les gens, entre les gens, l’espace, le son, les couleurs, l’espace, le son et les couleurs; pas la vie des gens, la vie toute seule, le son, les couleurs, l’espace, la vie sans les gens qui mangent et baisent et parlent sans amour, et moi, comme l’infirmière, ça me fait pleurer, si seulement j’étais solitaire j’aimerais être enfin solitaire dans la vie toute seule dans la vie toute nue qui n’est pas sexuelle je serais enfin solitaire entre les gens.
2.
mur 02:08
3.
chute 05:10
Qu’est-ce que je peux faire Je sais pas quoi faire À force de voir des films on fait comme eux Ou alors il faudrait des films où nous ne sommes pas Des films sans les gens Des films qui parlent de la vie sans les gens La vie sans personne pour vivre dedans La vie sans personne Comme le bleu du ciel Ou le bruit du soleil Des ombres, en équilibre C’est si beau
4.
à tes pieds 01:18
5.
et tu vois 08:50
Un vieux film français de la Nouvelle Vague Manger tiède et mou Une vie principalement sexuelle où on pleure Un vieux film français Manger tiède et mou pour goûter le goût Qu’on la baise par amour qu’on la baise par amour Sa tristesse n’est pas un reproche Elle veut la vie sans les gens la vie toute seule la vie toute nue L’espace, le son et les couleurs, le bleu du ciel, enfin solitaire Qu’est-ce que je peux faire Je sais pas quoi faire
6.
le bleu 01:41
7.
Il faut en finir avec le hasard, elle disait, dans le film, et elle parlait longtemps longtemps elle disait qu’elle voulait ne plus croire au hasard et elle demandait à l’homme devant elle de ne plus croire au hasard avec elle : La fille du chauffeur de taxi était mon amie, elle lui expliquait, mais de la même façon j’aurais aussi bien pu, de mes bras, entourer la tête d’un cheval, et je l’écoutais et elle me donnait envie de décider, moi aussi, comme elle, de choisir, et de ne plus croire au hasard, choisir de ne plus croire au hasard, parce que c’est vrai, et voilà que dans le film un ange avait choisi sa chute, pour une fois la chute ne tenait pas du hasard, j’ai pensé, et ça me plaisait, et le film se passait à Berlin avant la chute du mur avant la chute avant la chute j’ai pensé, est-ce par hasard, et puis j’ai pensé que quand nous serons des ancêtres, bien après nos os, nous deviendrons exemplaires, des exemplaires du hasard, mais en attendant nous pourrions décider, peut-être, d’une seule chose, nous pourrions choisir quelque chose, mais je ne sais pas quoi, c’est ça l’ennui, et tu m’as déjà dit, mais ce n’était pas de toi, tu m’as dit : Il ne suffit pas d’être malheureux séparément pour être heureux ensemble, mais ce n’était pas de toi tu l’avais lu quelque part, d’ailleurs je crois bien que tout ce que tu me disais tu l’avais lu quelque part, alors moi aussi je te réponds avec les mots d’une autre et je te dis, comme dans le film, vois mes yeux vois mes yeux vois mes yeux, ce serait bien si tu les voyais, si tu les voyais tu verrais que je ne veux pas à tout prix être heureuse, et surtout pas par hasard, mais je veux être ensemble, c’est tout ce qu’on peut choisir, avant d’être des exemplaires du hasard, avant de devenir des ancêtres, cessons d’exiger du hasard qu’il fasse de nous un beau film, nous ne sommes pas dans un film, je ne suis jamais allée à Berlin, mais je te dis vois mes yeux, vois mes yeux.
8.
suspendu 02:33
9.
10.
par hasard 04:32
11.
et je te dis 01:49
On se rencontrerait dans un film ou à Berlin Si seulement on rencontrait à Berlin Il ne suffit pas d’être malheureux séparément Pour être heureux ensemble tu disais Mais je n’en demande pas tant D’ailleurs aussitôt que je me sens heureuse je me méfie Je ne crois pas à ma joie Il n’y a que perte et fracas De mes bras j’entoure la tête d’un cheval Nous ne sommes pas dans un film Mais nous pourrions décider Vois mes yeux Un jour nous serons des ancêtres Incorruptibles Exemplaires du hasard Et de la chute Vois mes yeux Ils chutent Il n’y a plus de hasard Il n’y a que perte et fracas Trêve de joie Un seul mur chute à tes pieds Et tu vois le bleu des nouvelles vagues suspendu à tes lèvres Trêve de hasard Choisissons notre chute Vers les plis du ciel Le bleu sans personne Les couleurs, l’espace, les ombres, les équilibres Un ciel infini Une vague nouvelle Et personne Ou alors toi
12.

about

Merci à Jacqueline d’être dans ma vie, de croire en moi, c’est ta présence à mes côtés qui me fait découvrir la musique que j’écris, je t’aime; à Louis malgré le fait qu’il trouverait ça bien plus cool que son papa joue de la musique de rock; à Sonia Cesaratto sans qui je jouerais encore du theremin seul dans un sous-sol, merci pour tout boss; à mes parents qui, de mes crises pour ne pas aller aux cours de piano aux samedis matin de chorale, du violon à l’achat de ma première guitare, de mon premier album de Wes Montgomery à subir mes jams de feedbacks sans fin dans ma chambre, m’ont toujours guidé, soutenu, aidé. Si je fais de la musique encore aujourd’hui, c’est grâce (ou à cause… ça dépend du point de vue) de vous. Merci à mes sœurs, frère et ami(e)s, vous qui êtes bizarrement toujours là, aux Simones qui ont embarqué tout de suite dans mes histoires, à Frannie et Charles de Dear Criminals qui me permettent de faire mes niaiseries autant au sein du groupe qu’à l’extérieur, avec une mention spéciale à Miss Holder : ton coup de fil de panique à 24 heures du Fringe Fest a changé le cours de ma vie, merci à chum; à tous ceux et celles qui ont fait appel à moi pour leur projet, me permettant ainsi de concrétiser celui-ci; à tous les musiciens et musiciennes qui ont contribué à l’album; à Mark et sa magic touch; à Mathilde et ses magic pantones; à Seb pour le sacrifice d’une de tes chemises; à Félix-Antoine pour la suite des choses et un merci tout particulier à Evelyne qui a accepté de se lancer dans le vide avec moi et qui a saisi l’essence du projet avant même que je sache où est-ce qu’on allait. Merci Evelyne, tes mots, ta confiance et ton enthousiasme m’ont permis d’aller au-delà de moi. On refait ça quand tu veux.
Hey merci à gang.

credits

released March 13, 2020

Interprète : Evelyne de la Chenelière
Hautbois : Florence Blain Mbaye [2]
Quatuor à cordes [2] [3] [4] [8] [9] [10] [11] [12]
Violon : Marjolaine Lambert
Violon : Yubin Kim
Alto : Amina Myriam Tébini
Violoncelle : Pierre-Alain Bouvrette
Basse : Marie-Pierre Arthur [4] [6] [8] [10] [12]
Batterie : Miles Dupire-Gagnon [10] [12]
Santour : Amir Amiri [10]

Textes écrits par Evelyne de la Chenelière

Mille Milles
Réalisé, arrangé et joué par Vincent Legault
Enregistré au Banana Studio par Vincent Legault, sauf les cordes, la basse, la batterie et la voix enregistrées au No Name Studio par Mark Lawson
Mixé par Mark Lawson
Masterisé par Ryan Morey

Design graphique par Mathilde Corbeil

license

all rights reserved

tags

about

Mille Milles Montreal, Québec

contact / help

Contact Mille Milles

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Mille Milles, you may also like: